Événements

Ciné-Spectacle | Le Vent dans les roseaux
Mercredi 15 novembre à 14h30
 
Festival du film franco-arabe
Du 24 novembre au 5 décembre 2017
 
Soirée d'ouverture du festival | Blessed Benefit
Vendredi 24 novembre à 19h30
 
Rencontre avec Nadia Meflah, c... | Wajib
Samedi 25 novembre à 14h30
bnp-partenaire-hor

Inscrivez-vous à la newsletter

banner 235x170
Jeudi 30 novembre à 21h

Rencontre avec le réalisateur Philippe Van Leeuw

> Événements > Festival du film franco-arabe

Philippe Van LeeuwPhilippe Van Leeuw, réalisateur
Philippe Van Leeuw est un réalisateur et scénariste belge, né à Bruxelles en 1954. Il travaille également comme directeur de la photographie et vit actuellement à Paris. Philippe Van Leeuw a suivi les cours de la section Images de l’INSAS à Bruxelles et par la suite de l’American Film Institute à Los Angeles. De retour en Belgique, il a collaboré en tant que directeur de la photographie à nombre de films publicitaires, institutionnels ou d’entreprises. C’est ainsi qu’il a rencontré Bruno Dumont avec lequel il travaillera régulièrement et pour lequel il signera les images de La Vie de Jésus. En 2008, il réalise son premier long-métrage : Le Jour où Dieu est parti en voyage. Philippe Van Leeuw défend un cinéma social et poétique.

Une famille syrienne

Réalisé par Philippe Van Leeuw
France | 2017 | Drame | 01h26
Avec Hiam Abbass, Diamand Bou Abboud, Juliette Navis, Mohsen Abbas, Moustapha Al Kar
Résumé
Dans la Syrie en guerre, d’innombrables familles sont restées piégées par les bombardements. Parmi elles, une mère et ses enfants tiennent bon, cachés dans leur appartement. Courageusement, ils s’organisent au jour le jour pour continuer à vivre malgré les pénuries et le danger, et par solidarité, recueillent un couple de voisins et son nouveau-né. Tiraillés entre fuir et rester, ils font chaque jour face en gardant espoir.

« Le film ne rentre pas dans le côté documentaire de la guerre en Syrie, il rentre dans l’intimité d’une famille qui essaye de survivre à cette guerre. On essaye toujours de présenter la guerre comme étant dans l’ordre naturel des choses mais rien ne nous oblige à le croire. Surtout si on croit en la vie, l’individualité, aux droits naturels de chaque être humain… »
Hiam Abbas

> Séance
Jeudi 30 novembre à 21h00  VO
Bande-annonce