Événements

Ciné-Spectacle | Le Vent dans les roseaux
Mercredi 15 novembre à 14h30
 
Festival du film franco-arabe
Du 24 novembre au 5 décembre 2017
 
Soirée d'ouverture du festival | Blessed Benefit
Vendredi 24 novembre à 19h30
 
Rencontre avec Nadia Meflah, c... | Wajib
Samedi 25 novembre à 14h30
bnp-partenaire-hor

Inscrivez-vous à la newsletter

banner 235x170
Samedi 2 décembre à 17h30

Rencontre avec la réalisatrice Sophie Boutros

> Événements > Festival du film franco-arabe

Sophie BoutrosSophie Boutros, réalisatrice
Issue d’une famille d’artistes, et bien qu’ayant poussé à un certain moment la chansonnette, Sophie Boutros poursuit d’abord des études de médecine qu’elle abandonne pour choisir le cinéma. Elle intègre l’École libanaise des Beaux Arts. Elle fait ses premiers pas à la télévision, puis dans des clips musicaux, entre autres celui de sa sœur Julia, Sophie Boutros entame vite son parcours de cinéaste. Elle décide de réaliser Solitaire en collaboration avec la scénariste Nadia Eliewat.

Solitaire

Réalisé par Sophie Boutros
Fiction I Liban, Jordanie | 2017 | 1h32
FILM INÉDIT
Avec Julia Kassar, Ali el Khalil, Bassam Koussa, Nadine Khoury, Betty Taoutel, Jaber Jokhadar, Serena Chami
Résumé
Un jeune couple s’apprête à se marier. Ghada est libanaise, son père est le notable d’un village. Samer est syrien, venu de la grande bourgeoisie damascène. Le passé les rattrape : la mère de Ghada vit dans le culte du souvenir de son frère, tué dans un bombardement de l’armée syrienne pendant la guerre du Liban. Non-dits, blessures et préjugés s’invitent pendant leur journée de fiançailles.

Solitaire, le premier film de Sophie Boutros, évoque avec légèreté et finesse les relations compliquées entre les Libanais et les Syriens. Sorti au Liban récemment, il y rencontre un succès important. Les susceptibilités entre Libanais et Syriens ont été ravivées par l’afflux massif de réfugiés syriens : ils sont plus de 1,5 million, soit près de 30 % de la population. Leur présence a donné lieu à des éruptions de racisme. « Nous n’avons pas la prétention de régler le problème. Nous voulons le poser et ne plus l’enfouir », explique la réalisatrice.