Historique

Naissance d'un art, naissance d'une salle
La Place Carnot à Romainville était déjà à la fin du 19ème siècle un grand carrefour, croisement des routes des communes alentours. C'était un lieu de passage idéal pour y installer un grand café baptisé Trianon de par son architecture et sa position évoquant le royal pavillon de chasse de Versailles. Quand le cinématographe est né, les salles de cinéma n'existaient pas. Les premières projections se faisaient dans des lieux de rencontre et de convivialité, et donc de préférence dans des cafés : "La première fois où j'ai eu le loisir d'aller au Trianon, c'était en 1909, j'avais trois ans et mes parents m'avaient emmenés avec mes soeurs qui étaient plus vieilles..."

Façade du cinéma Le Trianon en 1929Juin 1929 : L'acte de naissance du Trianon
Si l'on admet volontiers que l'on ait projeté des films avant, il faut attendre le 11 juin 1929 pour qu'une ordonnance préfectorale autorise précisément l'ouverture d'une salle de cinéma.

Cinéma Le Trianon après les bombardements alliés en avril 1944Avril 1944 : l'histoire du Trianon bascule
Le 18 avril 1944, les bombardements alliés visant la gare de Noisy-le-Sec située à proximité détruisent par erreur le café et le dancing. Le 19 avril, une bombe à retardement détruit totalement le cinéma. L'ensemble des bâtiments n'est plus qu'un tas de pierres. La reconstruction Il faudra attendre 1950, grâce aux dommages de guerre, pour qu'un projet soit mis en oeuvre pour reconstruire le Trianon.
Cinéma le Trianon en 1953Le 20 janvier 1953, on inaugure le nouveau Trianon, tel que nous le connaissons aujourd'hui.
Dans la configuration des lieux, le cinéma, signe des temps, a remplacé le café, qui rouvrira en 1962, occupant une place beaucoup plus modeste.
Le dancing, lui, créé au sous-sol sur les nouveaux plans, n'a jamais été terminé.

L'intercommunalité
En 1983, les villes de Romainville et Noisy-le-Sec décident le rachat de la salle de cinéma à la famille Seigneur afin de protéger localement l'activité cinématographique. Les populations de Romainville et de Noisy-le-Sec sont attachées à cette salle qui semble être implantée là depuis toujours et joue pleinement son rôle de salle de proximité, même si au moment du rachat par les villes, nous sommes très loin d'une programmation relevant du classement "art et essai".

Tournage de la Dernière séance au cinéma Le Trianon à Romainville1983-1988 : La Dernière séance
De 1983 à 1998, Le Trianon a accueilli le tournage de La Dernière Séance, une émission télévisée française consacrée aux classiques du cinéma américain et présentée par Eddy Mitchell. Coproduite et réalisée par Gérard Jourd'hui, elle fut inspirée par la chanson homonyme d'Eddy Mitchell. La première diffusion eut lieu le 19 janvier 1982 sur FR3.

Voici un extrait de l'émission La Dernière Séance, où vous reconnaitrez sans aucun doute l'intérieur de la belle salle du Trianon !

Juillet 1997: L'inscription à l'inventaire des monuments historiques
En 1997, les deux villes demandent l'inscription à l'Inventaire des Monuments historiques pour protéger le bâtiment. Le Trianon est un des rares cinémas des années 50 encore fonctionnel. La pétition est lancée alors à l'initiative des deux maires (Robert Clément à Romainville et Roger Gouthier à Noisy-le-Sec) qui demande le soutien de la population pour cette initiative ; elle récolte plus de 3000 signatures. En juillet, le Trianon est inscrit à l'Inventaire des Monuments historiques. Le recours à l'Architecte des Bâtiments de France est requis pour toute transformation significative. Le Trianon ne finira pas sa carrière en "building supermarché" comme le chante si bien Eddy Mitchell...

Cinéma Le Trianon après sa rénovation en 20112011 : La rénovation du Trianon
La réhabilitation effectuée (de juin 2011 à mai 2012) respecte l'existant et lui apporte un supplément d'âme en l'embellissant. Le Trianon retrouve le rouge de son enseigne lumineuse et les façades, les couleurs des affiches de cinéma. De nouveaux luminaires mettent en valeur la majesté de ce hall unique qui retrouve son style d'origine avec ses peintures et son enduit. La majestueuse salle est dotée de nouveaux fauteuils et nouveaux rideaux et nouvelles tentures. Un grand écran tout beau, tout blanc apporte un nouvel éclat aux images. Des espaces sont réservés aux personnes à mobilité réduite, 9 places pour fauteuils roulants se rajoutent aux 420 places de la salle. Sur le plan technique, l'installation d'un projecteur numérique complète les systèmes existants pour projeter un même film dans différentes versions : vo, vf et 3D ! La scène est agrandie pour continuer d'accueillir avec plus de confort concerts et spectacles. Un nouvel espace, le Petit Trianon, espace pédagogique qui accueille divers ateliers cinéma conforte le Trianon dans son rôle d'éducation aux images. Le Resto'Bar du Trianon qui a ouvert ses portes en septembre 2011 (et qui ne désemplit pas depuis...) apporte encore plus de convivialité au lieu.

Visionner le film du Trianon, "50 ans, une chronique", réalisé par Nathalie Joyeux en 2003

 

Le Trianon en images, d'hier à aujourd'hui